• Hôtel de ville d'Épernon

    Cet hôtel appartint au début du XVIIe siècle à Marguerite de refuge, veuve de Denis Vialart. Il fut légué à sa fille en 1662, femme du seigneur d'Épernon. Il fut saisi par des créanciers en 1669 , puis fut vendu aux enchères en 1674.

    Les pressoirs

    D'architecture romane, ce cellier date du XIIe siècle.

    Grande salle voutée, en grès des mines de la région, bâtie au début du XIIe siècle, étendue sur plus de 30 mètres de long avec deux séries de piliers, les Pressoirs étaient le cellier des religieuses des Hautes-Bruyères qui mesuraient les denrées vendues au marché installé à proximité.

    Dépendance du prieuré de l'ordre de Fontevrault avant la Révolution, il fut vendu comme bien national en 1792.

     

    L'édifice a été classé au titre des monuments historiques en 1926.


    3 commentaires
  • Beaulieu se situant sur un lieu stratégique aux confins de trois provinces, l’abbaye s’enrichit rapidement.  La ville se développa autour de l’abbaye avec un rempart de forme circulaire percé de trois portes fortifiées.

    Sur les quais, la chapelle des Pénitents avec son magnifique clocher-mur, se reflète dans les eaux de la Dordogne, à deux pas du centre anciens.

    A quelques pas, de mai à octobre, embarquez sur la gabare « Adèle et Clarisse », grande barque à fond plat, pour écouter l’histoire des gabariers qui descendaient jusqu’à Libourne livrer leurs chargements de bois avant de remonter le sel et les denrées coloniales.

     

    A noter que le Général Marcellin Marbot à bien mérité le Légion d’Honneur, pas comme beaucoup en notre époque, juste mon avis.

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)

    Beaulieu-sur-Dordogne (II/II)


    3 commentaires
  • Lieu stratégique depuis le Moyen-âge, lieu spirituel témoin de l’épopée des gabares, Beaulieu incarne douceur de vivre et surprenantes découvertes.

     

    Au haut Moyen-âge, Beaulieu était un petit village de pêcheurs et d’éleveurs, sur un méandre de la Dordogne, appelé Vellinus. Seigneur de la famille de Turenne, Rodolphe chevauchait sur ses terres quand il s’arrêta dans ce petit village. Selon la légende, émerveillé par la beauté des lieux, il rebaptisa le village Bellus Locus (Beau Lieu en latin altéré) et décida vers 856-858 d’y fonder une abbaye bénédictine afin d’attirer les pèlerins et de développer le territoire.


    4 commentaires

  • 3 commentaires
  • Vol hier sur les falaises d'Etretat

    Vol hier sur les falaises d'Etretat

    Vol hier sur les falaises d'Etretat

    Vol hier sur les falaises d'Etretat

    Vol hier sur les falaises d'Etretat


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires