• Telle une récompense, la beauté du site nous émerveille. Cette cité, aux nombreux vestiges moyenâgeux blottie entre les eaux du Lot et de la Truyère, nous offre ses vieilles rues, cantous (le cantou est une cheminée plus ou moins monumentale), de superbes maisons à colombages datant du XVe et XVIe siècle, son château et ses ponts du XIIIe siècle. Venez avec moi le visiter, je ne m’en lasse pas…

    Pont gothique sur la Truyère XIIIe siècle

    Classé monument historique, il fut construit par les frères pontifes, nullement moines, mais faisant partie de congrégations ayant pour mission de construire des ponts. Il comportait une tour de péage à chaque extrémité et jusqu'au début du XXe siècle, des petits marchands et colporteurs se tenaient dans les refuges pour proposer, aux passants, leurs marchandises. Il a su résister aux terribles inondations successives d'autrefois !

    Entraygues-sur-Truyère (II/V) :Entraygues-sur-Truyère (II/V) :


    7 commentaires
  • Cette cité de l’Aveyron particulièrement belle, que j’ai énormément apprécié, Entraygues-sur-Truyère, une cité que j’ai noté indispensable à visiter et je ne le regrette pas.

    A la confluence de deux rivières, le Lot et la Truyère, entre Gorges et Vallées, à égale distance de Conques et de l'Aubrac, Entraygues se trouve à 50km d'Aurillac au nord et 60km de Rodez au sud.
    A 230m d'altitude, le climat est propice à une douceur de vivre très agréable...

    Pour faire de belles photos du village il faut aller sur ce promontoire (D920 en direction d’Aurillac), et là un décor de rêve se découvre.

    Entraygues-sur-Truyère (I/V)...


    2 commentaires
  • Quelques journées à Honfleur, l’occasion de voir des vaches customisées à l’occasion de la Cow Parade. Celles-ci après exposition sont mises aux enchères.

    La Cow Parade est une des plus grandes expositions d’art dans la rue : des sculptures de vaches customisées par des artistes avec la vocation d’être vendues aux enchères au profit d’une œuvre. Cette exposition urbaine mondialement connue et très appréciée du grand public, a investi plus de 90 capitales mondiales en 20 ans : New York, Tokyo, Moscou, Sao Paulo, Paris et bientôt Honfleur !
    L’histoire entre la Cow Parade et Honfleur remonte à 2006. A l’occasion de la Cow Parade parisienne, la Ville de Honfleur s’était manifestée pour participer à l’événement en personnalisant une vache à ses couleurs. C’est ainsi que sa “Vach’Allais” customisée par les élèves de l’école d’Arts graphiques de Honfleur avait trouvé une place de choix devant le Petit Palais à Paris. Aujourd’hui, c’est la Ville de Honfleur, elle-même, qui a le plaisir d’accueillir l’exposition, et cette fois, dans sa nouvelle forme : MUSICOW’L, la première Cow Parade sur le thème de la musique.
    Le principe : des personnalités du monde de la musique (telles que Fabien Lecoeuvre, Michel Polnareff, Chantal Goya, Didier Barbelivien, Charlélie Couture) s’associent à des artistes pour customiser une vache sur l’œuvre musicale de leur choix.
    Chef d’orchestre de l’événement : LES FROMAGES GRAINDORGE

    Vente aux enchères le 24 août à 17h aux Greniers à Sel.

    J’ai pris quelques belles œuvres pour le plaisir des yeux (Greniers à sel), Christian


    4 commentaires
  • Quelle belle soirée hors des bousculades, une visite et une organisation sans failles. Une soirée qui restera dans ma mémoire et vient enrichir la connaissance sur la trajectoire incroyable de Madame de Maintenon car la visualisation des œuvres rares (écrits-tableaux-sculptures) est exceptionnelle. Un grand merci aussi à notre guide-conférencier pour ses connaissances et ses explications agrémentant un parcours très professionnel. Une petite vidéo de cette visite, Christian

    Histoire de l’épouse secrète du roi, Madame de Maintenon :

    Issue d’une famille d’origine protestante, Françoise d’Aubigné (1635-1719) est la veuve du poète Scarron. Sans enfant et sans bien, elle connaît les difficultés qui touchent certains lignages nobles au cours du Grand Siècle. Elle se révèle avec l’éducation des enfants royaux nés des amours illégitimes entre Louis XIV et Madame de Montespan. Douée pour la pédagogie, elle protège une école de filles pauvres tenue par la religieuse ursuline Madame de Brinon à Montmorency. En 1668, elle intègre la Cour, achète le domaine de Maintenon et entre en faveur auprès du roi. En 1680, elle est dame d’atours de la Dauphine Marie-Anne de Bavière et reçoit le titre de marquise. Deux ans plus tard, un pensionnat de filles de la noblesse pauvre est fondé à Rueil. Il préfigure celui de Saint-Cyr.

    En 1684, un an après la mort de la reine Marie-Thérèse, elle devient l’épouse morganatique du roi (épouse issue d’un rang inférieur, qui est exclue des prérogatives d'héritage de son époux). Par son statut de « Presque Reine » (Alexandre Maral), la marquise fait l’objet de nombreux portraits, à l’instar de celui réalisé par Louis-Ferdinand Elle (1612-1689), dit l’Ancien ou l’Aîné, vers 1688. Cofondateur de l’Académie royale de peinture et de sculpture, et peintre du roi, il répond à une commande officielle pour l’école de Saint-Cyr, afin d’y rendre hommage à sa fondatrice.       

                 

    Exposition du Tricentenaire de la mort de Madame de Maintenon...


    2 commentaires
  • Marais salants des Sables-d’Olonne :

    Plantes typiques du marais

    L’Obione : feuillage très fin, gris argenté, cette plante pousse les pieds dans l'eau salée et supporte d'être immergée.
    La Saladelle : appelée également statice ou lavande de mer. Pousse également les pieds dans l'eau saumâtre, voir salée et se conserve en bouquets séchés.
    La Salicorne : se récolte au printemps pour être confite à la façon des cornichons, elle peut être cuite comme le haricot vert, en automne, elle donne au marais une jolie couleur rouge.

    Le château de la Chaume dit la Tour D'Arundel :

    Sa construction remonterait à la fin du XVe siècle, vraisemblablement sous l'impulsion des princes de Talmont.

    Épargné par Richelieu, il est démantelé sur ordre de Louvois en 1689, qui fait raser l'enceinte et les murs du château.
    A la fin du XVIIIe siècle, le feu de La Chaume est le seul phare de Vendée.
    Il faut attendre la fin du XVIIIe pour entendre parler de Tour d'Arundel.
    De 1855 à 1857, le phare est entièrement restauré.

    L'histoire des Sables-d'Olonne et de La Chaume est, depuis le Moyen Âge, liée à l'océan. Au XIe siècle, une église dédiée à Saint-Nicolas, patron des pêcheurs, est édifiée à la pointe de La Chaume.

    1218 : la véritable impulsion est donnée par Savary de Mauléon, Prince de Talmont, qui décide de fonder une villa nova près d'Olonne et de La Chaume. Le port des Sables remplace le port de Talmont qui s'envase inexorablement.

    Le château de Talmont est un château médiéval en ruines (du XIe au XVIIe siècle).

    Le bourg des Sables se développe alors sur le versant nord de la dune. Le Port des Sables s'enrichit très rapidement avec une solide bourgeoisie de négociants et d'armateurs.

    1472 : Louis XI décide de faire des Sables-d'Olonne le port principal du pays.

    1498 : l'importance du port des Sables est indéniable. 80 à 100 navires y mouillent chaque année.

    XVIe siècle : époque de la construction d'hôtels particuliers d'armateurs et de négociants. L'économie est surtout basée sur la pêche à la baleine, puis à la morue qui assure jusqu'au XVIIIe siècle la richesse de la ville.

    Saint-Hilaire-de-Talmont :

    La municipalité s’associe une première fois à Talmont en ventôse an III (hiver 1795) mais s’en dissocie dès floréal an IV (printemps 1796).

    Sous la monarchie de Juillet, une nouvelle union des deux communes, qui prend le nom de Talmont-Saint-Hilaire, est scellée par l’ordonnance royale du 11 mars 1834. Cependant les communes de Saint-Hilaire et de Talmont sont restaurées par une loi du 24 octobre 1849.

    Enclavée par Saint-Hilaire-de-Talmont, la commune de Talmont obtient par une loi du 25 juillet 1860 le transfert d’une portion de la commune de Saint-Hilaire sur le sien.

    C’est à la suite d’un arrêté préfectoral du 27 décembre 1973 qu’une troisième et dernière fusion est prononcée entre les deux communes qui forment à compter du 1er janvier 1974 Talmont-Saint-Hilaire.

    Le Puy du Fou : 

    J’aime le Puy du Fou (Meilleur parc d’Europe), deux photos aériennes de mon passage à proximité.

    Hommage aux Marins de la SNSM :   

    Pour terminer sur une note triste malheureusement, je m’associe aux 15 000 personnes qui ont rendu hommage aux victimes du naufrage…

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :

    Les Sables d’Olonne (III/III) :


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique