• Bergues est une place fortifiée par Vauban (reconnaissable sur mes photos aériennes), qui peut inonder par ses écluses la plaine marécageuse où elle est située ; elle a pour ouvrage détaché le Fort Français situé sur le canal de Bergues à Dunkerque, et qui, en se liant au Fort Louis, fait des deux villes un même système de défense.

    En 1240, la ville de Bergues obtient, en même temps que Bourbourg, une « keure » (charte, c'est-à-dire un ensemble de lois, établi en accord avec le comte et les échevins) du Comte Thomas de Savoie (Thomas II de Piémont) et de la comtesse Jeanne de Flandres donnant ainsi à la ville un élan supplémentaire. Cette charte sera confirmée en 1406 par Jean-sans-Peur, Duc de Bourgogne et Comte de Flandre.

    Christian


    3 commentaires
  • En allant voir mes amis du Nord en avion j’ai pris la ville de Bergues, du ciel elle est remarquable par sa disposition. Bergues est située dans le département du Nord en région Hauts-de-France. Historiquement, la ville et ses alentours ont appartenu au Comté de Flandre et relèvent de la zone linguistique flamande.

    Le Beffroi de Bergues, monument symbolique de la ville de Bergues, dans le département du Nord, en France, domine l'hôtel de ville et toute la région environnante.

    Christian

     


    6 commentaires
  • J’ai découvert lors de ma virée en Normandie une magnifique église avec des vitraux dignes de ceux de la cathédrale de Chartres, une église ouverte (beaucoup d’églises sont fermées à cause des vols, grrrr). L'église est au cœur du village. Elle est bâtie sur un plan en croix latine avec transept saillant. Le chevet est plat. L'église possède trois vaisseaux. La nef comporte cinq travées.

    La façade principale est tripartite: un mur pignon central encadré de deux murs pignons latéraux qui laissent deviner l'existence de collatéraux. Chacune des trois travées de la façade sont épaulées par des contreforts. Les travées latérales de la façade sont percées de portes secondaires en arc surbaissé ainsi que par des baies jumelées en arc brisé. La travée centrale est percée d'un portail en plein cintre. Il est surmonté de deux niveaux de baies rectangulaires.

    La façade Nord est percée au niveau de la nef de cinq baies en plein cintre. Le bras nord du transept est percé d'une grande baie en plein cintre décorée de remplages et lancettes. Le chœur à deux travées est percé de deux petites baies en plein cintre.

    Le chevet plat est épaulé de plusieurs contreforts laissant apparaître la structure interne de la nef. Il est percé de plusieurs petites ouvertures étroites et rectangulaires.

    La façade Sud est percée au niveau de la nef de cinq baies en arc brisés, décorées de remplages. Le bras du transept est ajouré de façon semblable au transept Nord.

    Le clocher s'élève au niveau de la croisée du transept sur une base carrée, il est ajouré de baies géminées en arc en plein cintre. La flèche est pyramidale.

    La nef est couverte en bâtière ainsi que le transept.

    La nef du XIIe a été remaniée au XVIe.  Le bas côté sud et les croisillons du transept sont du XVIe, le bas côté nord du XVIIe. La tour et le chœur du XIXe.  Il reste quelques vitraux du XVIe. 

    L'église fut donnée à la cathédrale de Chartres par le duc Richard II.

    Christian


    2 commentaires
  • Les ifs millénaires de La Haye-de-Routot (Eure)

    Deux ifs de plus de 1500 ans, classés et aménagés en chapelles, ont  fait la renommée de la commune.

    Depuis 2002, les ifs s’illuminent dès la tombée du jour, ajoutant encore à la magie du lieu. La commune a reçu le label “arbre remarquable, décerné par l’association nationale “A.R.B.R.E.” pour le soin qu’elle prend de ses ifs millénaires. 

    Une des raisons de planter des ifs dans les cimetières est que l’arbre, toujours vert, est symbole d’immortalité (comme le cyprès dans d’autres régions), mais aussi parce que le bois, l’écorce, le feuillage sont mortels pour le bétail, empêchant ainsi les villageois (au Moyen Age) de faire pâturer leurs animaux dans les cimetières …. 

    Construire des chapelles dans les arbres, quelle drôle d’idée !

     Ces 2 ifs ont été plantés au IVe ou Ve siècle dans ce lieu où, déjà, l’on devait enterrer les morts. Au XIIIe siècle, quand le village se crée, on choisit de bâtir église et cimetière près des ifs déjà imposants. Les siècles passent, les troncs se creusent. Au XIXe siècle les creux des troncs devenus suffisamment grands pour recevoir :

    1) En 1866 cette chapelle dédiée à Sainte-Anne

    2) En 1887, l’oratoire voué à Notre-Dame de Lourdes, dans l’if voisin…

    Christian


    4 commentaires
  • Une visite du phare de Fatouville-Grestain (Eure) que j’ai fortement apprécié…

    Le phare fut construit au siècle dernier pour guider la navigation en baie de Seine. La 1ère pierre a été déposée en 1839 puis le phare a été inauguré en 1850. Situé à 7 km de Honfleur et érigé à l’intérieur des terres, sa portée était de 40 km. Il était destiné à la surveillance des bateaux qui remontaient l’Estuaire de la Seine. Elevé à 132 m, il a été désaffecté en 1907 puis vendu aux enchères en 1923 par l’état.

    M. Gaston David en fit l’acquisition.

    Le phare est Classé au titre des monuments historiques depuis novembre 2010.

    Actuellement, c’est Anne Durand, l’arrière petite fille de l’acquéreur qui y habite. « C’est une récompense qui consacre un long travail avec la direction régionale des affaires culturelles (DRAC), explique la propriétaire des lieux. Les propriétaires l’ont, en partie, aménagé en chambres d’hôtes en 2000.

    Il faut monter 164 marches pour arriver au sommet du phare, qui est à plus de 32m.

    Le phare est construit majoritairement en pierre de Caen.

    En haut nous avons une vue exceptionnelle sur l’Estuaire de la Seine et le Pont de Normandie.

    Christian 


    4 commentaires