• Hier sur mon vol vers les châteaux de la Loire, j’ai capturé avec mon APN le château de Lavardin (Loir-et-Cher), un château méconnu qui se trouve à coté de Montoire-sur-Loir…

    Un peu d’histoire de celui-ci :

    Construit à partir du début du XIe siècle par les premiers seigneurs de Lavardin, le château fut vendu au comte de Vendôme vers 1130, dont il devint la principale forteresse à partir de la fin du xiie siècle. Complètement remanié aux XIIe et XVe siècles, il fut enlevé aux Ligueurs en 1589, puis démantelé l'année suivante sur ordre d'Henri IV, duc de Vendôme et roi de France.

    Du haut de ses 26 mètres, le donjon domine le village et la vallée.

    Le premier château, celui de Salomon de Lavardin, au début du xie siècle, paraît avoir été constitué d’un donjon de bois sur motte, protégeant un logis seigneurial établi au sommet du promontoire. La forteresse des comtes de Vendôme (xiie-xve siècles) se composait de trois ou quatre enceintes entourant un donjon quadrangulaire, le tout bâti sur trois paliers rocheux retaillés au Moyen Âge pour en accroître la verticalité. Au pied du château, entre le promontoire et le Loir, une dernière enceinte protégeait le prieuré Saint-Martin (Saint-Gildéric), fondé vers 1040 par le premier seigneur de Lavardin dans un « bayle » extérieur. Durant le haut Moyen Âge, le promontoire qui portera le château a été occupé par un cimetière, dont on a retrouvé plusieurs fosses taillées dans le rocher.

    De la première enceinte subsiste une grande porte ou « châtelet » (XII-XIV et XVe siècles), dont on remarque les mâchicoulis de tradition bretonne et les embrasures pour le canon (vers 1400).


    2 commentaires
  • Habillage et déshabillage d’un château réputé, Azay-le-Rideau.

    Bâti sur une île entre 1518 et 1527 par Gilles Berthelot sous le règne de François Ier.

    Le chantier de restauration dont il a bénéficié entre janvier 2015 et juin 2017 porte sur les charpentes, l'ensemble des couvertures, les parties hautes des maçonneries, la sculpture et les menuiseries.

    Un échafaudage et un parapluie couvrant la totalité du chantier a permis l'intervention des charpentiers, des couvreurs et des tailleurs de pierre en toute sécurité et a assuré la parfaite protection des combles et des étages durant l'intervention.

    Il est vraiment redevenu très beau et la réouverture des visites est effective depuis le 7 juillet 2017.

    J’ai pu suivre l’évolution de cette restauration grâce à mes multiples vols sur les châteaux.

    Christian

    Azay-le-Rideau...


    4 commentaires
  • Dans un cadre idyllique venez passez une soirée formidable au château de Maintenon avec un cuisinier hors pair (sourire).

    NOUVEAUTÉS 2018

    -Passez la soirée en costume ! Amateurs de costumes, nos habilleuses seront à votre disposition pour vous guider dans le choix d’un costume pour la soirée

    -Profitez du panier gourmet ! Pour les plus gastronomes, une option panier gourmet est possible, avec des mets et vins encore plus raffinés et délicats que la formule classique.

    -Visitez le château au bras de la duchesse ! Pour les plus curieux, donjon, pièces secrètes, coulisses, rien ne vous sera caché !

    Bon W-E, Chris


    6 commentaires
  • Le docteur John Allen Veatch serait le premier savant à découvrir la trace de borax en Californie et à le mettre en évidence en 1856. 

    L'essentiel de l'approvisionnement moderne vient du continent américain, en particulier en Californie. Actuellement, cet État des États-Unis assure un peu moins de la moitié de la production mondiale de borax. Un musée lui est consacré dans la vallée de la Mort.

    Le borax est une espèce minérale de borate de sodium hydraté. Pur, il se présente en cristaux incolores, prismatiques courts à longs, assez rarement tabulaires, plutôt aplatis et souvent striés verticalement, très légers de densité 1,74, tendres de dureté entre 2 et 2,5 supérieure à celle du gypse. Ce corps composé, attesté cancérigène, se présente en paillettes solubles dans l'eau.

    Le minerai de borax se trouve généralement en masses compactes à l'emplacement d’anciens lacs asséchés (où l'eau s'est évaporée laissant des sels alcalins de sodium) ou le plus souvent sur ses anciens rivages.

    Le borax servait en orfèvrerie à décaper les métaux et en particulier à isoler diamants et autres pierres précieuses de l'air, lors de la confection ou réfection du bijou.

    Les ouvriers essentiellement des chinois de San Francisco, travaillaient pour $1.30 par jour sous des températures de 35° à 40°.

    Le Borax, son utilité son exploitation…


    4 commentaires
  • J’aborde un sujet grave puisqu’il s’agit de la guerre entre les Etats-Unis et le Mexique qui de fait s’est terminée avec une sombre histoire d’argent, mais revenons à la création de Los Angeles…

    A Los Angeles on trouve un village fortement teinté mexicain, El Pueblo de Nuestra Señora la Reina de los Ángeles (en français : « Le village de notre dame la reine des anges »).

    Il est un village de type espagnol fondé en 1781, qui devient au cours du XXe siècle la métropole américaine de Los Angeles. Le Pueblo de Los Angeles a été la deuxième ville créée lors de la colonisation espagnole de l'Alta California partie du territoire de Las Californias.

    Un peu d’histoire quand même :

    La guerre américano-mexicaine (1846-1848) a opposé les États-Unis au Mexique. Elle est déclenchée lorsque le Congrès américain vote l'annexion du Texas en 1845.

    Aux États-Unis, elle est plus couramment appelée The Mexican War (la guerre mexicaine). Occasionnellement, des critiques contemporains l'ont surnommée ironiquement « la guerre de M. Polk », qui est alors président des États-Unis. Au Mexique, elle est appelée l'intervention nord-américaine ou la guerre de 47.

    Cette guerre, ou plus justement l'annexion par les États-Unis des territoires mexicains, fut l'un des facteurs déclencheurs de la guerre de Sécession qui une douzaine d'années plus tard mettra les États-Unis à feu et à sang.

    Par le traité de Guadeloupe Hidalgo signé le 2 février 1848, le Mexique cède aux États-Unis le Texas, la Californie, l'Utah, le Nevada, le Colorado, le Wyoming, le Nouveau-Mexique, et l'Arizona (la moitié de leur territoire), pour 15 millions de dollars de l'époque, ce qui équivaut à environ 600 millions de dollars de l'an 2000 (environ 514 million d’euros). Ce traité met fin aux hostilités, mais est très humiliant pour les Mexicains.

    Ce village (El Pueblo de Los Ángeles) vaut une visite car il représente bien un vieux quartier mexicain de Los Angeles et la vie des anciens autochtones du XIXe siècle. Il est essentiellement composé d’un petit marché, d’une maison musée et de son église.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique