• La Conciergerie devient un des hauts lieux de détention pendant la Révolution française avec l’installation du tribunal révolutionnaire. Sa prisonnière la plus célèbre est Marie-Antoinette. Une chapelle commémorative est aménagée à l’époque de la Restauration à l’emplacement de sa cellule.

    A la fin du XIVe siècle, des travaux transformèrent l’espace afin d’augmenter la capacité carcérale : des geôles sont aménagées dans la Salle des Gardes et les principaux cachots placés le long de la berge nord. Dès lors, la Conciergerie devient une annexe du Châtelet et accueille les prisonniers du Parlement.

    Christian

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)

    La Conciergerie (II/III)


    3 commentaires
  • La Conciergerie vient du Concierge qui est un haut personnage du royaume. Il est nommé par le roi pour assurer l'ordre, la police et enregistrer les prisonniers.

    Dès le VIe siècle, Clovis installe sur l'île de la Cité sa demeure royale. En 1200, Philippe Auguste fait du Palais de la Cité le siège du pouvoir capétien. Saint Louis l’embellit par l’érection de la Sainte-Chapelle. Philippe le Bel remodèle et agrandit le palais pour y abriter les institutions de l’administration du royaume.

    Le parlement de Paris, principal organe judiciaire du royaume, siège au Palais. De 1793 à 1795, les grands procès du tribunal révolutionnaire installé au Palais marquent le basculement de la Révolution dans la Terreur. La Conciergerie a ainsi été la dernière prison de Marie Antoinette. Par la suite, les tribunaux républicains s’installent au Palais, désormais Palais de Justice.

    Christian


    4 commentaires
  • Pratiquement 10 ans que ce séjour au Maroc a été réalisé avec mes amis, spécialistes et amoureux de ce beau pays, que de bons souvenirs.

    Christian

    Mon voyage au Maroc...


    3 commentaires
  • La Sainte-Chapelle est composée de deux chapelles : la chapelle haute, dédiée au roi et à sa famille.

    Les deux chapelles ont été entièrement restaurées au XIXe siècle. La décoration de la chapelle haute est restée dans son ensemble fidèle à celle d’origine.

    Tous les ans, depuis l’autel de la chapelle haute, Saint-Louis montrait les reliques aux parisiens lors du Vendredi saint.

    Véritable « cathédrale de verre », la chapelle haute est composée de 618 m2 de surface vitrée. Un ensemble admirable de légèreté et d’équilibre.

    Christian

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)

    La Sainte-Chapelle (II/III)


    3 commentaires
  • Petite reprise de mes articles…Christian

    Le roi Louis IX (futur Saint-Louis) a fait construire la Sainte-Chapelle au cœur de son palais royal situé sur l’île de la Cité pour abriter les reliques achetées à l’Empereur Baudouin II de Constantinople.  Celui-ci avait mis en gage ces reliques auprès d’une banque vénitienne pour financer les dépenses de son Empire.

    La Sainte-Chapelle est composée de deux chapelles : la chapelle basse, dédiée à l’origine aux domestiques du palais et aux officiers.

    Les deux chapelles ont été entièrement restaurées au 19e siècle. La chapelle basse a été entièrement « réinventée », faute de documentation suffisante.

    À l’origine, ce sont 22 reliques qui ont été acquises par Saint-Louis. Il n’en reste aujourd’hui plus que 3 : un fragment de la croix, un clou, et la couronne d’épines. Elles furent déposées à l’abbaye de Saint-Denis pendant la Révolution Française, puis remises en 1804 à l’archevêque de Paris, conservées aujourd’hui dans le trésor de Notre-Dame de Paris. La Sainte-Chapelle n’abrite donc plus ces reliques.

    La couronne d’épines a été achetée 135.000 livres tournois, somme considérable pour l’époque, puisqu’elle représente environ la moitié du revenu annuel du domaine royal. La construction de la Sainte-Chapelle a elle coûté environ 40.000 livres tournois, soit trois fois moins que la couronne d’épines !


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique