• Oléron 2/4 : Ars-en-Ré est reconnaissable par le clocher de son église dont la flèche noire et blanche, haute de 40 m, servait de repère aux navigateurs. Né des marais salants au XIème siècle, 60 sauniers exploitent encore aujourd’hui les marais du Fiers d’Ars.

    Le phare doit son nom au fait qu'un nombre relativement élevé de baleines venaient s'échouer à cet endroit de l'île de Ré par le passé. Le phare a été construit, à partir de 1849 sur des plans de l'architecte Léonce Reynaud, pour remplacer l'ancien phare de 29 mètres construit en 1682 sur les directives de Vauban et qui subsiste encore aujourd'hui au nord du phare (visible sur les photos). La mise en service eut lieu en 1854. Le phare est haut de 57 mètres et l'accès au sommet se fait par un escalier hélicoïdal de 257 marches.

    Christian

     


    3 commentaires
  • Un petit tour en avion pour survoler Oléron et Ré, deux îles différentes.

    La commune de Saint-Denis d'Oléron est la plus septentrionale de l'île d'Oléron. Baignée par le pertuis d'Antioche, elle fait face à l'île de Ré, elle doit son développement au commerce du vin, du sel, de l'orge et de l'eau-de-vie, échangés avec le continent par voie maritime. Le port qui permettait ces transactions fut très souvent menacé d'ensablement ce qui obligea les habitants à lutter à maintes reprises contre ce phénomène, en vain, car ils perdirent ce « bras de fer » au début du XXe siècle.

    Le pertuis d'Antioche, son nom viendrait du fait qu'il était la voie d'accès privilégiée au départ des villes de Saintes sur la Charente et de Rochefort vers le Proche-Orient où les Templiers possédaient la Principauté d'Antioche.

    Bonne journée, Chris

     


    3 commentaires
  • Petite balade dans Chartres ce matin.

    Passage au marché aux légumes, devant la maison du Saumon (office du Tourisme), ancien parloir aux Bourgeois, la médiathèque, la colonne Marceau place Marceau, la statue de Marceau, place des Épars, ancienne église Sainte-Foy, derrière son portail, une belle maison beauceronne dommage c’est un huissier (sourire).

    Enfin pour terminer, le marché aux fleurs, j’ai fait une photo d’un bouquet de fleurs (dernière photo) dont je connais maintenant le nom grâce à mon amie Luce ''Célosie crête de coq passe-velours'', merci Luce et Bruno...

    Christian

     

     

    Balade matinale...

    Balade matinale...

    Balade matinale...

    Balade matinale...

    Balade matinale...

    Balade matinale...

    Balade matinale...

    Balade matinale...

    Balade matinale...

    Balade matinale...


    4 commentaires
  • En lisant l’article du journal l’ECHO Républicain ce matin concernant la baisse sensible des cours d’eau d’Eure et Loir, je me suis arrêté sur le pont de Mézières-en-Drouais pour constater, effectivement l’Eure est très basse, les algues apparaissent, malgré un joli pont bleu avec un cygne en-dessous la situation est alarmante sauf si la pluie revient.

    Un petit tour aussi aux étangs bien bas pour la saison, pour voir aussi un rassemblement de bernaches du Canada avec un cygne au milieu, mais malheureusement quelques poissons morts du à la trop grosse chaleur de moment.

    Christian

    Une note positive, le chant de la bernache :

    http://www.oiseaux.net/oiseaux/bernache.du.canada.html

     

    Manque d'eau...

    Manque d'eau...

    Manque d'eau...Manque d'eau...Manque d'eau...

    Manque d'eau...

    Manque d'eau...

    Manque d'eau...

    Manque d'eau...


    4 commentaires
  • La Rose trémière enchante nos régions l’été.
    Elles sont surnommées Passe-rose, Passerose ou encore Primerose, sont classées espèce de plantes vivaces de la famille des Malvaceae, elles sont aussi parfois appelées Rose papale ou Alcée rose. 
    Elles sont expressives pour celles et ceux qui savent les apprécier, voire mes photos.
    La Rose trémière est une plante typique des jardins champêtres, bien que peu d'espèces soient vivaces (la plupart sont bisannuelles). Plantes à croissance rapide, on les classe généralement toutes dans la catégorie des vivaces herbacées en raison de leur grande taille, pouvant atteindre une hauteur de 1,5 à 2,5 m, voire jusqu'à 3,5 m et plus dans certaines régions, il faut alors mettre un tuteur pour éviter quelles penchent et se cassent. En Normandie certaines roses trémières sont remarquables par leur hauteur (plus de 4 m) la durée de floraison est d'avril à septembre.
    De port érigé, peu ramifiée, la plante a un feuillage caduc, les feuilles orbiculaires et palmatilobées possédant de 5 à 7 lobes, leur base est cordiforme, leur pédoncule pubescent et leurs marges crénelées. La tige vert clair est pubescente.

    La floraison de la fin du printemps à l’été, voire jusqu'au début de l'automne, permet une longue floraison de chaque pied. Les très grandes fleurs (pétales de 3-5 cm, jusqu'à 12 cm lorsqu'elles sont ouvertes) ont l'aspect de gros pompons ou en corolles simples aux teintes très variées : blanc ou jaune, rose, pourpre, violet, orange… riches en nuances.

    Christian

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique