• Les pavements

    En 1965, le Département du Morbihan rachète le domaine avec un château sans toiture, sans porte, sans fenêtre, ni étage, ni douve, ni pont.
    Depuis plus de 50 ans, le Département n’a cessé de valoriser le château par des études, des recherches archéologiques et des restaurations spectaculaires afin de rendre au monument son aspect d’origine et sa prestance. D’importants travaux ont notamment été menés ces dernières années pour restaurer le logis Ouest qui n’avait jamais été ouvert au public avant 2016.

    800 ans après la pose de sa première pierre, le domaine de Suscinio offre l’image et la splendeur d’un château résidentiel du Moyen Âge avec courtine, chemin de ronde, pont-levis, meurtrières et mâchicoulis.

    En 1975, des fouilles archéologiques conduites à l’extérieur de l’enceinte du château, en bordure des douves, révèlent le sol richement décoré d’un édifice en ruine. Il s’agit de la chapelle du château, datée du XIIIe siècle.  Ces fouilles mettent au jour un splendide ensemble de pavements de près de 300 m². Par la diversité de ses techniques et la richesse de son décor, cet ensemble est une pièce majeure de l’art décoratif dans l’architecture médiévale. Une pièce du logis ducal lui est entièrement dédiée.

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)

    Château de Suscinio (III/III)


    3 commentaires
  • La vie à l’intérieur du château

    Témoin majeur de la puissance des Ducs de Bretagne

    La construction du château est entamée par Jean Ier dit Le Roux, fils de Pierre de Dreux, le cousin du roi de France Philippe Auguste.

    Dès 1240, le manoir devient le logement de la famille ducale et fait l’objet de nombreux travaux pour créer un grand domaine agricole et forestier.

    Les ducs y aménagent des parcs à gibier, clos de hauts murs et entretenus aux frais des riverains.

    À la famille des Dreux, après la Guerre de Succession de Bretagne (1341-1381), succède la famille de Montfort : le château fait alors l’objet de plusieurs campagnes de travaux importants.

    Des Ducs de Bretagne aux Rois de France

    La mort sans héritier du duc François Ier, de son frère puis de son oncle laisse le trône ducal à François II en 1458.

    Mais lui-même sans fils, Suscinio est vite convoité par le roi Louis XI, qui souhaite rattacher la Bretagne à la couronne de France.

    Les troupes françaises conquièrent le site en 1491. La célèbre Anne de Bretagne, fille de François II, confirme le don du château au roi, Charles VIII, qu’elle a épousé. Devenue veuve, elle épouse, en secondes noces, Louis XII et réitère sa volonté de reprendre le domaine. À sa mort en 1523, François Ier, roi de France, en fait don à Claude de Rieux.

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)

    Château de Suscinio (I/III)


    2 commentaires
  • L’histoire et l'extérieur du château…

    Situé entre terre et mer sur la Presqu’île de Rhuys, le Domaine de Suscinio occupe un territoire aux qualités remarquables. Aujourd’hui dressé dans son évidence de pierres au milieu des marais, Suscinio est un lieu d’âme et de rêverie, mêlant découvertes et aventures. Au delà de cette invitation à l’émerveillement, il est le témoin majestueux de l’histoire de Bretagne et de France.

    A travers ses murs se relit la vie des moines, des ducs qui ont modelé ce territoire au fil des siècles depuis le XIIIe siècle. Une histoire teintée rebondissements.

    Remanié et agrandi, il deviendra l’une des plus majestueuses résidences des Ducs de Bretagne. Classé Monument Historique par Prosper Mérimée en 1840. Il est aujourd’hui la propriété du Département du Morbihan qui assure sa restauration depuis plus de 50 ans.


    3 commentaires
  • Grace à mon appli sur mon téléphone (PlanNet), j’ai découvert cette jolie plante sur les bords des chemins.

    L’Echinacée, aussi appelée Rudbeckia pourpre, appartient à la famille des astéracées comme la marguerite et les asters.

    En grec, Echinéa signifie ‘’hérisson’’ en raison du capitule central hérissé.

    L’Echinacée en quelques mots

    Radieuse, colorée, l’échinacée est la reine de l’été !

    Ses fleurs originales aux allures de grandes marguerites roses, pourpres, jaunes, oranges, blanches ou même vertes fleurissent tout l’été sans fléchir et sans discontinuer

    D’une grande facilité de culture, sa seule exigence est un sol bien drainé et une exposition ensoleillée

    Robuste en diable, l’Echinacée s’adapte à tous les types de sols

    C’est une vivace incontournable des jardins de prairie contemporains, des mixed-borders à l’anglaise et des bouquets !

    Echinacée

    Echinacée


    2 commentaires
  • Dahouët est un petit port breton situé sur la commune de Pléneuf-Val-André.

    Même si quelques rares chalutiers y jettent encore leurs amarres, il s'agit uniquement d'un port de plaisance, offrant environ 185 places sur bouée (port à échouage) et, depuis 1989, 313 places dans un bassin à flot le bassin des Salines. Son caractère naturel, son patrimoine et quelques commerces (antiquités, crêperies...) en font un site important pour le tourisme du secteur. Notre-Dame-de-la-Garde est la gardienne de ce port; c'est une grande statue de la Vierge qui se situe sur le sentier des douaniers.

    D’autres belles balades suivent le quai des terre-neuvas sur le port de Dahouët, à l’embouchure de la Flora, ou s’avancent en corniche jusqu’à la grève des Vallées.

     

    Pléneuf-Val-André (II/II)

    Pléneuf-Val-André (II/II)

    Pléneuf-Val-André (II/II)

    Pléneuf-Val-André (II/II)

    Pléneuf-Val-André (II/II)

    Pléneuf-Val-André (II/II)

    Pléneuf-Val-André (II/II)

    Pléneuf-Val-André (II/II)


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique