• Trois autres villages d'Eure-et-Loir (V)...

    Boissy-en-Drouais :

    Vers l’an 800, le manse seigneurial de Boissy comprenait de grandes cultures et deux petites fermes formant 192 bonniers (environ 128 ares et 33 centiares) de terres labourables dans lesquelles on pouvait semer 148 muids (le muid = ancienne mesure de capacité pour les grains et autres matières sèches) de froment ; 82 arpents de prés rapportant 100 voitures de foin ; un bois de cinq lieues de circonférence où 200 porcs pouvaient être engraissés et une autre parcelle forestière dans le Perche pouvant permettre l’alimentation de 800 porcs. On y comptait 16 vieux moulins et un nouveau bâti par Irminon abbé de Saint-Germain-des-Prés.

    Le manse comprenait d’ordinaire une habitation à laquelle étaient attachés des champs, des prés et souvent des vignes, le tout suffisait à l’entretien d’une famille de paysans. Les manses étaient sous la surveillance d’un colon qui résidait à Imbernais. Il tenait lui-même avec sa femme et ses enfants un manse composé principalement de 13 bonniers de terre labourable, 13 arpents de prés, 3 bonniers de bois taillis. Il payait le cens (redevance foncière due au seigneur qui possède des titres sur la terre) comme les autres colons, il était obligé de donner à l’abbé de Saint-Gemme à Noël, 2 porcs, 2 verrats et 8 cognées. Le même cens était exigible à Pâques. L’osier qui servait à lier des cercles et fabriquer des hottes, corbeilles et paniers, était aussi l’objet d’une redevance dans le fisc de Boissy. Elle était partout la même et consistait en l’équivalent de 50 osarices qui sont des brins ou peut-être des poignées d’osier.

    Bréchamps :

    L'étymologie qui veut que Bréchamps signifie "le champ de la forêt" se justifie encore de nos jours par la proximité immédiate des bois de Ruffin, du Mesnil et de Mormoulins qui cernent le village.

    Ces bois constituent des lieux de promenade privilégiés tout au long de l’année et quadrillés de chemins de randonnée balisés.

    Quant à l'étang où s'ébattent de nombreux canards et autres palmipèdes, il est lui aussi un ravissant lieu de pique-nique et de détente bien connu de tous les habitants des environs.

    Serré autour de son église au profil si particulier, Bréchamps est un véritable lieu de vie.

    Brou :

    Brou devient très tôt un lieu de commerce actif. Le marché est cité avant le xiiie siècle. Brou, dite « la Noble » était l'une des cinq baronnies du Perche-Gouët.

    La ville connaît de grandes transformations au xvie siècle et l’église est agrandie. Il ne reste cependant que peu de traces du passé de Brou, seules l’église Saint-Lubin et la chapelle Saint-Marc ainsi que plusieurs maisons à colombages subsistent.

    Chris

     

    Trois autres villages d'Eure-et-Loir (V)...

    Trois autres villages d'Eure-et-Loir (V)...

    Trois autres villages d'Eure-et-Loir (V)...

    « Trois autres villages d'Eure-et-Loir (IV)...Vol de nuit... »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 21 Octobre à 12:03

    Coucou mon Chris,

    Mais comment fais-tu pour te souvenir de tous les villages que tu survoles ? Bravo et merci pour les détails qui concernent chacune des vues que tu survoles. J'aime beaucoup la 1ère photo.

    Bon dimanche à vous deux, bises et à bientôt.

    Maite

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :