• La priorité sur les routes de Corse, c’est de rouler gentiment car sur les bords de celles-ci, les animaux (cochons, vaches et chèvres) peuvent surgir à chaque instant.

    Ces animaux au-delà du charme que l’île nous réserve, servent de ralentisseur (si l’on peut dire, car ce sont des animaux), pour admirer la beauté des paysages.

    Bonne journée, Chris


    2 commentaires
  • Les cascades sur le GR 20...

    Cascade du Voile de la Mariée :

    Une légende locale explique également qu’un petit lac se trouvait en haut de la cascade. Celui-ci était en fait une fontaine qui guérissait quiconque plongeait dedans l’objet de sa douleur. Un jour, une reine venue tremper son poignet blessé fut pourchassée par un prince qui s’avérait être un ogre. Tout ce qu’il réussit à attraper d’elle fut son voile mais, trébuchant dans sa course, il fit sauter les pierres qui retenaient les eaux et libéra ainsi un torrent dans lequel il fut emporté. La Cascade du Voile de la Mariée était née !

    Une autre légende raconte enfin qu’une jeune fille se jeta dans la cascade plutôt que d’épouser l’homme que son père avait choisi pour elle.

    Quelle que soit l’explication que vous choisirez de croire, il est certain que vous serez charmé(e) par cette cascade : formé par un bras de la Gravona, le torrent se faufile un chemin à travers la forêt pour venir rebondir de rocher en rocher.

    Cascade des Anglais et le GR 20 :

    Si vous êtes adepte de randonnée, vous pourrez poursuivre vers Corte et la Cascade des Anglais ou emprunter le GR20 à proximité de Vizzavona.

     

    Bonne journée, Chris

     

    Les cascades sur le GR 20...

    Les cascades sur le GR 20...


    5 commentaires
  • Sur mon lieu de vacances existe un endroit magnifique et  fragile pour celles et ceux qui ne savent le protéger, cet espace que l’on appelle « Le Maquis Corse ». La beauté de celui-ci se révèle après la pluie dès les premiers rayons de soleil.  Il se présente comme un ensemble touffu de petits arbres et d'arbustes (cistes, myrte, romarin, lavande, grandes bruyères, lentisques, arbousiers, phyllirea, calycotomes, auxquels se mêlent des d'arbres peu développés (moins de 5 m) : oliviers sauvages, chênes kermès, chênes-lièges et pins).

     Il est très souvent impénétrable, il provient de la dégradation de la forêt primitive de chênes  verts et de chêne-liège. Afin d'augmenter la surface de pâturage pour leurs troupeaux de chèvres et de moutons, les hommes ont mis le feu à la forêt puis régulièrement au maquis, les grands arbres ne peuvent donc se développer.

    L'expression « prendre le maquis » vient du fait qu'une personne ayant commis un acte répréhensible se réfugiait dans le maquis pour être hors d'atteinte de ses poursuivants.

    Ce matin, j’ai pris rapidement quelques photos pour le partage de la beauté de cet endroit où je passe d’agréables vacances.

    Bonne journée, Chris


    4 commentaires
  • J’ai survolé cette belle Abbaye et je me suis souvenu de mes visites au sol dans cette belle Normandie. Voici quelques photos retraçant mes visites.

    L'Abbaye :

    Fondée aux alentours de 1034 par un chevalier du comte de Brionne, un dénommé Hellouin (ou Herluin), l'Abbaye du Bec est devenue rapidement un centre important de la chrétienté sous l'impulsion de deux hommes. Le bâtisseur Lanfranc de Pavie et le philosophe Anselme d'Aoste firent la renommée de ce petit coin de Normandie en propageant, notamment Outre-Manche, la culture spirituelle du Bec. Abbés sur les rives de la Risle, ils furent également archevêques de Canterbury. Très tôt, les moines ont favorisé la naissance du village pour disposer de main-d'œuvre à proximité.

    L’abbaye Notre-Dame du Bec est aujourd'hui habitée par des moines bénédictins olivétains. Ils sont arrivés en 1949 de Cormeilles-en-Parisis avec les sœurs bénédictines olivétaines qui se sont installées à 2 km de l'abbaye, au monastère Sainte-Françoise Romaine.

    Le village :

    Outre ses édifices religieux, le Bec-Hellouin se distingue par sa situation exceptionnelle, ses rues calmes et fleuries, et ses maisons à colombages.

    Bonne journée, Chris


    6 commentaires
  • Le château de la Touche-Hersant un site féodal qui a conservé tous ses atours défensifs : douves, tourelles, meurtrières, poternes... Autant d'éléments qui racontent une autre époque... Vous pouvez également une magnifique de plus de 300 rosiers.

    Autrefois seigneurie importante, le site conserve d'imposantes douves du XIIIe siècle, de profonds fossés à fond de cuves revêtues de pierres et une poterne - porte monumentale surveillée par des tourelles. Les tours d'angles avec meurtrières désespèrent de voir arriver un nouvel assaut. Le château est cité dans un document datant de 1326. Cependant, le château féodal primitif n'aurait pas résisté aux destructions commises pendant la Révolution. Au XVIIIe siècle, à ses ruines se substitue un nouveau château. Enfin, le site reçoit un bâtiment conventuel du XVIe siècle et une chapelle du XVIIIe siècle (propriété privée).

    Bonne journée, Chris


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires