• Le jardin Yuxin s'étend sur 3 000 m2 et offre un paysage agréable. On trouve une allée sinueuse à travers celui-ci, à l'ombre d'arbres anciens. Le pékinois aime posséder un mainate ou de très jolis oiseaux.

    Visite d'un élevage d'huîtres perlières et ses dérivés (colliers, bijoux, etc.), visite d’une fabrique de cloisonnés de Pékin est une étape obligatoire avec un arrêt aux tombeaux des Ming. Les artisans de cette fabrique font une démonstration de la technique des émaux cloisonnés. Ensuite, on visite un musée-magasin qui offre des œuvres remarquables et impressionnantes par leurs couleurs et leur minutie, là fut notre achat de notre séjour à Pékin.

    Le soir théâtre et le lendemain démonstration de la médecine chinoise par un professeur.

     

     


    3 commentaires
  • Le temple du Soleil est un des cinq autels et sites touristiques célèbres de Beijing. Les empereurs des dynasties Ming et Qing y vénéraient le dieu du Soleil. Il couvre une zone de 206 200 m2, parmi lesquels 124 273,36 m2 sont recouvertes de verdure, 10 357 m2 de bâtiments antiques et 4 700 m2 de lacs. 44 arbres rares anciens agrémentent le parc. Au cours des dernières années, tout en maintenant ses traits culturels, le parc a été doté d'infrastructures modernes.

     

    Chine IV...

    Chine IV...

    Chine IV...

    Chine IV...


    2 commentaires
  • Le Palais impérial appelait jadis la "Cité interdite pourpre". La couleur "pourpre", symboliquement attribuée à l'étoile polaire, signifie qu'elle était un centre cosmique.

    S’étendant sur plus de 72 hectares, le Palais impérial compte 9 999,5 pièces, protégé par une muraille d’enceinte de 10 mètres de haut, de 960 mètres de long du nord au sud, et de 750 mètres de large d’est en ouest. 
    Une douve large de 52 mètres contourne toute la muraille. Ainsi, c’est une cité dans la cité.

    En poursuivant notre chemin en direction du nord, nous découvrirons tour à tour le pavillon de la Nourriture de l'Esprit (Yangxin dian), résidence de prédilection des trois derniers empereurs, puis le complexe des six palais occidentaux (Xiliu gong), où vivaient l'impératrice et les concubines du souverain.

    Chine III...

    Chine III...

    Chine III...

    Chine III...

    Chine III...

    Chine III...

    Chine III...

    Chine III...


    4 commentaires
  • Dans les rues nous rencontrons les vendeurs de charbon, charbon qui est encore fortement exploité en Chine. Les marchés côtoient les buildings récemment construits.

    La Tour des Cloches et la Tour du Tambour (Situés au nord de la Colline de Charbon), la visite de la Tour du Tambour commence par une grimpette d’un escalier très raide.

    Au pied de ces Tour on y trouve le fameux vélo-pousse-pousses, agréable pour se déplacer en ville.

    La place Tiananmen est située au cœur de la ville, au sud de la Cité interdite, elle est limitée au sud par la Porte de Devant et au nord par la Porte de la Paix Céleste. Cette dernière donne ensuite accès à la Cité Interdite. À l'est de la place se trouve le Musée National et à l'ouest l'Assemblée Populaire.

     


    1 commentaire
  • Quelques séries de photos de notre voyage à Pékin, un voyage dans une pollution que l’on ne décrira pas car la nuit les travaux dans la ville sont énormes.

    Le Temple des Lamas est le plus grand temple de bouddhisme tibétain de Pekin. Son nom signifie Le Temple de l'Harmonie. Le palais fut construit en 1694 par l'empereur Kangxi des Qing comme résidence pour son fils le prince Yin Zhen. Lorsque ce dernier lui succéda sur le trône en 1723, le nouvel empereur s'installa dans la Cité Interdite, il prit le nom de Yong Zheng et rebaptisa son ancienne demeure le Palais de l'Harmonie. Il fit aussi remplacer les tuiles en céramiques vertes par des jaunes, la couleur impériale. En 1744, son successeur, l'empereur Qianlong transforma le palais en lamaserie en l'offrant aux moines tibétains. En 1949 le Temple des Lamas fut déclaré monument national en raison de son importance historique.

    Chine I...

    Chine I...

    Chine I...

    Chine I...

    Chine I...

    Chine I...

    Chine I...

    Chine I...

    Chine I...


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires