• Chaumont-sur-Loire VI...

    Chaumont-sur-Loire un patrimoine sauvegardé…

    Histoire de la princesse AMEDEE DE BROGLIE

    "Je veux ça, je veux ça…"

    Tels sont les mots prononcés par Marie-Charlotte-Constance Say (1857-1943), petite fille du sucrier Louis Say, lorsqu’elle se promène un jour sur les bords de Loire avec sa sœur Jeanne Say (1848-1916), marquise de Brissac, et est séduite par le Château de Chaumont-sur-Loire. Sa sœur ainée lui réplique : "Tu l’auras si tu veux. Il ne tient qu’à toi de l’acheter. Tu es assez riche pour cela". Le 17 mars 1875, Mademoiselle Say âgée de 17 ans, sous la tutelle de son agent de change, devient propriétaire, pour la somme de 1 706 500 francs or, du Château de Chaumont-sur-Loire et des terres attenantes, soit 1 025 hectares.

    Lorsqu’elle réside à Chaumont, elle y passe au moins la moitié de l’année et a toujours une quinzaine d’invités à demeure pour plusieurs semaines en dehors des hôtes de week-end et de ce qu’elle appelle "les passagers volants" appartenant le plus souvent au "Personnel des Altesses et princes royaux". Cette demeure palatiale voit défiler une grande partie des souverains d’Europe et d’Orient (Edouard VII d’Angleterre, Don Carlos de Portugal, Charles 1er de Roumanie, les Maharadjahs de Kapurthala, de Baroda, de Patiala), les savants les plus en renom, les artistes les plus célèbres (Charles le Bargy, Francis Planté, Francis Poulenc, Marguerite Deval).

    Enfin, elle décide le 19 septembre 1930 à Londres de se marier en secondes noces avec S.A.R l’Infant Louis Ferdinand d’Orléans et Bourbon (1888-1945). Elle a 72 ans lors du mariage et lui seulement 43 ans.

    Malgré une fortune considérable, de nombreux revers financiers obligent S.A.R la princesse d’Orléans et Bourbon à vendre son hôtel particulier au n°10 de la rue de Solférino à Paris, à morceler le domaine de Chaumont, à se séparer de multiples œuvres d’art lors de ventes aux enchères.

    Le 12 octobre 1937, S.A.R la princesse d’Orléans et Bourbon est expropriée puisque l’État, par la voie du tribunal de première instance de Blois, engage une expropriation pour cause d’utilité publique. Une indemnité pour une somme de 1 800 000 francs or est votée sur un fonds spécial de la caisse des Monuments Historiques au profit de S.A.R la princesse d’Orléans et Bourbon. La remise des clés officielle à l’État à lieu le 1er août 1938.

     

    « Chaumont-sur-Loire V...Chaumont-sur-Loire VI... »

  • Commentaires

    1
    luce
    Dimanche 3 Juin à 15:51

    Bonjour cricri,

    Le sucre Beghin Say doit avoir un rapport avec ce sucrier du même nom je pense ,  une association peut-être entre deux sucriers? 

    J'ai lu sur une revue hier que dans les jardins de ce château se déroule la fête des jardins justement en juin chaque année, genre de manifestation qui doit attirer beaucoup de monde amoureux de la nature.

    J'espère que la valse ne t'a pas trop fatigué pour être en forme demain.

    Bonne fin de dimanche, bise ami.

     

    .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :